Faire le contrôle technique


Le contrôle technique est un examen périodique qui concerne l'ensemble des véhicules automobiles de moins de 3,5 tonnes. Obligatoire depuis 1992, il doit être effectué avant la quatrième année du véhicule, puis tous les deux ans, dans un centre de contrôle technique agréé.


Le contrôle technique est un examen périodique qui concerne l'ensemble des véhicules automobiles de moins de 3,5 tonnes. Obligatoire depuis 1992, il doit être effectué avant la quatrième année du véhicule, puis tous les deux ans, dans un centre de contrôle technique agréé.

Le contrôle technique automobile porte sur 124 points de contrôle, qui peuvent entraîner ou non une contre visite en cas d’anomalie : il est alors nécessaire de réparer le véhicule puis de le présenter à nouveau dans un centre de contrôle.

En cas de défaut de contrôle technique, l’automobiliste s’expose à une amende de quatrième classe (jusqu’à 135 euros), la confiscation de son certificat d’immatriculation ainsi que l’immobilisation du véhicule.

nouveau-controle-technique.jpg

Trouver un centre de contrôle technique

Le contrôle technique doit être réalisé dans un des 6 200 centres de contrôle technique agréé par l’État et répartis sur l’ensemble du territoire.

Pour recherchez le centre le plus proche de chez vous, utilisez le moteur de recherche du site UTAC-OTC : il vous permettra de trouver les centres de contrôle technique agréés les plus proches de chez vous.

Chercher un centre de contrôle technique

Véhicules concernées

voiture.jpg

Voiture particulière

Chaque année, 18 millions de véhicules particuliers passent leur contrôle technique auto en France. Que votre voiture soit une citadine, un monospace, un 4×4 ou une berline, il s’agit d’une voiture particulière (la mention VP est mentionnée sur le certificat d’immatriculation de la voiture). Quel que soit le type de motorisation : essence, diesel, électrique, hybride ou GPL, les voitures particulières sont toutes concernées par le contrôle technique.

camionnette.jpg

Véhicules utilitaires

Les véhicules utilitaires (VU) sont des véhicules qui ne disposent que de 2 ou 3 places. Ce sont souvent des fourgonnettes, mais les véhicules 2 places, plus communément appelés véhicules de société, y sont également assimilés.
Les véhicules utilitaires sont soumis à un contrôle annuel dès la quatrième année, et alternent chaque année contrôle technique périodique et contrôle anti-pollution.

camping-car.jpg

Camionnette ou Camping-car

Les camionnettes et camping-cars de moins de 3,5 tonnes sont également soumis à la visite technique périodique, tout comme les voitures particulières et les utilitaires.




 

Délais et date de validité

La périodicité du contrôle technique est fixée par l’État et obligatoire dès la quatrième année du véhicule, puis tous les deux ans.

Pour une voiture neuve, le contrôle technique doit être réalisé avant le quatrième anniversaire de l’immatriculation (la date est indiquée sur le certificat d’immatriculation) du véhicule.

Si la voiture a plus de 4 ans ou qu’elle a été achetée d’occasion, le prochain contrôle technique devra être réalisé au plus tard deux ans après le précédent. Une vignette collée sur le certificat d’immatriculation mentionne la date du dernier contrôle technique de votre véhicule.

Lors de la vente ou de l’achat d’un véhicule d’occasion de plus de 4 ans, le dernier contrôle technique doit dater de moins de 6 mois au moment de la vente. A défaut, il  est impossible de ventre le véhicule. Si vous achetez (mais aussi lors d’une cession à titre gratuit) un véhicule d’occasion sans contrôle technique à jour, vous ne pourrez pas demander un nouveau certificat d’immatriculation ou sa modification.

Préparer le contrôle

fotolia_115927761.jpg

Le contrôle technique est important pour la sécurité routière, même s’il vous parait une nouvelle ponction sur votre budget auto. Le contrôle technique permet notamment d’assainir le parc automobile circulant sur nos routes.
Avant d’amener votre véhicule au contrôle technique, vous pouvez facilement vérifier certains éléments. Cela vous permettra la plupart du temps d’éviter une contre-visite, évidemment payante.
Ainsi, pensez à contrôler la pression et l’usure des pneumatiques, Ces derniers ne doivent pas comporter de coupures, de déformations, ni d’hernies. Vous pouvez contrôler le niveau d’usure de vos pneus par la vérification de l’état des témoins d’usure qui ne doivent pas effleurer la bande de roulage (profondeur de rainure supérieur de 1,6 mm).
Vérifiez aussi le fonctionnement des feux, phares, clignotants, la lisibilité des plaques d’immatriculation, le fonctionnement des ceintures de sécurité. Posez-vous quelques questions simples. Depuis quand n’ai-je pas fait changer les plaquettes de freins ? Mon échappement fait-il un bruit anormal, fume t’il anormalement ? La carrosserie ou les pare-chocs présentent-ils des parties saillantes ?
Pensez aussi au fonctionnement de klaxon, au système antivol (blocage du volant), à l’état du pare-brise (pas de fissure supérieure à 30 cm), à l’état et à la fixation des rétroviseurs, extérieurs comme intérieur, aux fonctionnement et à l’état des balais d’essuie-glace avant et arrière.
Enfin, vérifiez tous les niveaux : huile moteur, liquide de frein de direction assistée, de lave-glace.
Nombreux sont les garages qui proposent un pré-contrôle, gratuit ou payant. Attention ! Certain en profitent pour vous vendre des réparations qui ne sont pas indispensables en jouant sur la peur de la contre-visite. Pourtant, cette dernière coute la plupart du temps moins de 20 Euros, alors qu’une réparation superflue peut allègrement représenter plusieurs centaines d’Euros.

Les résultats du contrôle

S’il n’y a pas de contre-visite, ou si celle-ci est positive, le contrôleur technique vous remet un procès-verbal de contrôle technique, et appose une vignette bleue sur votre pare-brise. Celle-ci mentionne la date de validité du contrôle technique qui vient d’être effectué (j + 2 ans pour un véhicule particulier). Une autre vignette est collée sur le certificat d’immatriculation du véhicule, et indique la date avant laquelle le prochain contrôle devra être effectué.

Le procès-verbal de contrôle technique relate l’ensemble des défauts qui ont été constatées sur votre véhicule, même si ceux-ci n’ont pas fait l’objet d’une contre-visite.

Il est fortement recommandé de conserver le PV de contrôle avec les autres documents de votre voiture.

La contre-visite

contre-visite.jpg

Si certains défauts importants ont été constatés sur votre véhicule, c’est le contrôleur technique qui prescrira la contre-visite et vous expliquera les défauts constatés.

Vous devrez faire effectuer les réparations par un professionnel, puis soumettre le véhicule à une contre-visite. Ce ne sera jamais le centre de contrôle technique qui effectuera les réparations.

Lors de la contre-visite, le contrôleur vérifiera que les défauts constatés au premier contrôle ont été réparés. Si ce n’est pas le cas, une nouvelle contre visite peut vous être imposée.

Obligations

Le contrôle technique est obligatoire : si vous n’êtes pas en règle, vous encourez une contravention, l’immobilisation du véhicule et la confiscation de son certificat d’immatriculation.

Le défaut de contrôle technique est passible d’une amende de quatrième classe pouvant aller jusqu’à 750 € (mais en règle générale il s’agit d’une amende forfaitaire de 90 € à 135 € selon le délai de paiement). Cependant, cette amende n’entraîne pas de suppression de points sur le permis de conduire.

Outre l’amende, le véhicule peut être immobilisé et le certificat d’immatriculation confisqué. Vous aurez alors l’obligation de présenter le véhicule à un contrôle technique dans un délai de 7 jours.

Si le certificat d’immatriculation est confisqué, les forces de l’ordre vous remettrons un document vous permettant de circuler temporairement avec votre véhicule. Votre certificat d’immatriculation vous sera rendu par les forces de l’ordre sur présentation du procès-verbal de contrôle technique.

Le contrôle anti-pollution

Ce contrôle, aussi appelé « visite complémentaire », ne concerne que les véhicule utilitaires légers. Il a pour objet le contrôle des émissions de gaz à effet de serre et l’opacité des gaz d’échappements. Il est effectué en alternance avec le contrôle technique.

Dès la quatrième année de mise en circulation, les véhicules utilitaires légers ont donc un contrôle chaque année : contrôle technique périodique et le contrôle anti-pollution, une année sur deux.

controle-anti-pollution.jpg

Pour rester connecté avec Autotribu