Liste des points clés à vérifier

Chaque année, plus de 6 millions de véhicules changent de main, dont les 2/3 entre particuliers. Vous aussi avez sans doute déjà acquis un véhicule d'occasion, ou cela ne saurait tarder !

Que vous projetiez d’acheter auprès d’un pro ou d’un particulier, avant de vous lancer, quelques conseils d’experts pour éviter la vraie fausse bonne affaire.

Une occasion ne s’acquiert pas à la va-vite. En vous basant sur les conseils ci-après, vous dresserez un diagnostic du véhicule convoité, du sérieux de son entretien comme de celui du vendeur. Et en définitive, vous déciderez en connaissance de cause, en n’oubliant cependant pas qu’il vaut mieux rater une bonne affaire qu’en faire une mauvaise. Car d’après la DGCCRF, 47 % des véhicules d’occasion vendus entre particuliers présenteraient un défaut après achat.  Alors soyez prudent et attentif lors de votre visite du véhicule.

Alors, où acheter ?

ou-acheter-voiture.jpg

Lors de l’achat de votre véhicule deux choix s’offre à vous : acheter à un particulier ou à un professionnel.

Acheter à un professionnel vous permettra de bénéficier d’une garantie d’un minimum de 3 mois et peut aller jusqu’à plus d’1 an (voir plusieurs années pour des modèles assez récents). Mais attention le la garantie peut avoir un coût qu’il ne faut pas négliger.

A l’inverse, si vous achetez votre véhicule chez un particulier, vous n’avez que très peu de garanties  en cas de découverte de vices-cachés ou de panne impromptu. Si jamais le vendeur particulier ne veut pas reconnaître sa faute ou faire intervenir un expert, vous pourrez déposer plainte. Mais cela peut vous coûter beaucoup d’argent et de temps. Le moyen le plus sûr quand on achète chez un particulier est de missionner un expert pour une expertise.

Tout commence par la lecture de l’annonce

La description du véhicule doit être aussi complète que possible (marque, modèle, version, finition, couleur, date de mise en circulation, kilométrage, options). Comparez le prix affiché à la cote indiquée dans quelques sites Internet, ou comparez avec les prix d’autres véhicules de caractéristiques similaires (modèle-version, âge, kilométrage).

Appelez le vendeur. Au téléphone, assurez-vous que vous vous adressez bien au propriétaire du véhicule (ou à un membre de sa famille qui le représente officiellement) ou à un vendeur professionnel dument agréé. Posez-lui des questions sur l’entretien, a-t-il toutes les factures d’entretien et de réparation, quel usage fait-il du véhicule (type de parcours, durée, kilométrage…), quel est l’état général de l’engin, le contrôle technique est-il fait (que relève t’il ?), pourquoi vend-il son véhicule ? Les réponses doivent être claires et sans hésitation.

Le vendeur doit comprendre qu’il est inutile qu’il vous cache quoi que ce soit. Sinon, passez votre chemin. Vous trouverez une autre perle ;-)

lecture-annonce.jpg
vie-du-vehicule.jpg

La vie du véhicule

Vous devez absolument chercher à connaître l’historique du véhicule. Lors de la rencontre avec le vendeur, reposez les mêmes questions, et abordez les détails.

Si le véhicule est une première main, le vendeur disposera sans doute de tous les documents, depuis la facture d’achat jusqu’au dernier entretien, en passant par le carnet d’entretien correctement rempli. Mais si le véhicule a connu différents propriétaires, ce sera plus compliqué. Dans ce cas, auscultez dans le détail, en plus du véhicule, la moindre facture.

carnet-entretien.jpg

Le carnet d’entretien

Il vous indiquera si les révisions préconisées par le constructeur ont été scrupuleusement effectuées au moment opportun. Vous pourrez  voir les entretiens périodiques effectués, mais aussi les opérations mécaniques plus importantes comme le remplacement d’une courroie de distribution,  celle des disques de frein ou des amortisseurs, voir des réparations significatives.

Si le vendeur ne peut pas vous présenter ce carnet, soyez méfiant. Et dans tous les cas, demandez à voir les factures.

facture-reparation-entretien.jpg

Les factures

En plus du carnet d’entretien (ou à défaut de ce dernier), elles vous indiquent l’entretien et les réparations effectuées sur le véhicule. Vous disposerez des noms des réparateurs qui ont effectués les remplacements de pièces d’usure (pneumatiques, plaquettes de freins, échappement, amortisseurs...). Et si c’est toujours ou très fréquemment la même entreprise, tant mieux : le suivi du véhicule a surement été effectué sérieusement.

Si le vendeur est un professionnel, demandez-lui de vous indiquer clairement les opérations déjà effectuées comme celles à prévoir dans l’année à venir, en particulier les travaux mécaniques.

livret-utilisateur.jpg

Le livret d’utilisateur

Cela peut sembler anecdotique, mais ce livre, souvent composé de centaines de pages, est le vrai mode d’emploi du véhicule. Cette notice constructeur vous exposera toutes les fonctionnalités, les précautions à prendre, les messages diffusés par le véhicule.

Passez à l’examen détaillé du véhicule

C’est même peut être la première chose que vous allez faire, avant de contrôler les documents décrits précédemment.

Les conditions de cet examen sont déterminantes. Si le vendeur est un particulier, ne prenez pas rendez-vous quand il fait nuit, ou s’il pleut. Et n’hésitez pas à vous faire accompagner d’un ou d’une amie : 2 paires d’yeux valent mieux qu’une. Et si votre accompagnateur est calé en auto ou moto, tant mieux ! Sinon, Autotribu peut vous proposer cette prestation d’accompagnement

Cliquez ici pour vous faire accompagner par un expert

 

Si le vendeur est un professionnel sérieux, le véhicule sera exposé dans ses locaux (ou sur son parking), il aura été préparé. Sa réputation ne lui permet pas de vous présenter un véhicule en mauvais état, et s’il est concessionnaire ou agent d’une marque, le cahier des charges de cette dernière le lui imposera.

Commencez ensuite votre visite…
 

examen-vehicule.jpg

…Par l’extérieur

examen-exterieur-vehicule.jpg

Vérifiez que les portes et le capot sont correctement alignés. Dans le cas contraire, ce peut être l’indice d’une réparation suite à un accrochage. A plus forte raison si la peinture est neuve : est-ce pour masquer un passage au marbre suite à un accident, ou un réel effort du vendeur pour conclure plus rapidement la vente ?

Si une aile ou une partie de la carrosserie est cabossée, demandez que ce soit réparé.

Contrôlez les bas de caisse, les passages d’ailes, les faces intérieures de portes (y compris coffre et capot) : même si les voitures modernes ont des carrosseries de plus en plus résistances, un éclat de peinture peut signifier l’apparition prochaine de points de rouille.

Inspectez les pneus un par un : vérifiez que chaque essieu est bien équipé de manière identique (marque, modèle, dimensions). Vérifiez l’usure de chaque pneumatique, qui doit être régulière (sinon, il peut y avoir un défaut de parallélisme, ou un gonflage à des valeurs erronés). Les pneus ne doivent pas comporter de coupures, de déformations, ni d’hernies. Vous pouvez contrôler le niveau d’usure des pneus par la vérification de l’état des témoins d’usure qui ne doivent pas effleurer la bande de roulage (profondeur de rainure supérieur de 1,6 mm).

N’omettez pas la roue de secours si le véhicule en est normalement équipé. Sinon, contrôlez l’état du kit de réparation. Vérifiez la présence du cric, de la manivelle…

Si les pneumatiques, bien qu’encore « conformes », sont dans un état d’usage avancée, n’hésitez pas à faire entrer leur remplacement dans la négociation. Et remplacement ni par du rechapé, ni par une sous marque qui sera usée au bout de quelques milliers de kilomètres.

Le véhicule dispose t’il d’un attelage ? Si oui, l’idéal est de vérifier le fonctionnement du faisceau électrique… mais vous n’aurez peut être pas de remorque sous la main ;-) Mais dans tous les cas, à quoi cet attelage a-t-il été relié ? Si la voiture est un petit modèle, et que vous voyez dans le fond de la cour du propriétaire une grosse caravane, l’embrayage et le moteur on pu fatiguer…

Puis inspectez le compartiment moteur

Vérifiez tous les niveaux (moteur, liquide de refroidissement, d’assistance de direction, de lave-glace. Regardez si vous voyez des suintements huileux. Regardez sous le véhicule. Un suintement, c’est éventuellement normal (aucun moteur n’est parfaitement étanche). Mais si le suintement est un écoulement goutte-à-goutte, alors méfiance ! Si vous n’êtes pas accompagné d’un spécialiste, il est difficile d’en mesurer la gravité…

Regardez du côté de la batterie : les cosses ne doivent pas être recouvertes de substance blanchâtre et sèche, car cela peut indiquer un faible niveau d’entretien de la voiture et préfigurer de futurs problèmes de démarrage.

Partout où vous voyez des durits (ces tuyaux en caoutchouc), regardez attentivement si vous distinguez des traces fuites, suintements ou couleurs, ou des craquelures ou boursouflures. Tout ceci est anormal et indique un vieillissement avancé qui implique bien sûr un prochain remplacement.

Il en est de même pour le radiateur : pas de trace de fuite ou de coulure.

compartiment-moteur.jpg

Passons ensuite à l’intérieur

inspection-interieur-vehicule.jpg

Première chose à vérifier : le compteur. Vérifiez le kilométrage indiqué est cohérent avec les factures d’entretien présentées.

Vérifiez l’état de la sellerie (usure) et sa tenue (asseyez-vous sur chaque siège !). S’il y a des housses, regardez donc dessous… Idem pour les tapis de sol.

Lorsque vous mettez le contact, puis que vous démarrez, aucun voyant ne doit rester anormalement allumé.

Assurez-vous du bon fonctionnement de toutes les commandes et de tous les feux, phares, climatisation/chauffage, essuie-glaces, désembuage. Essayez aussi l’autoradio, voire ses commandes au volant.

En règle générale, regardez partout, soyez tatillon. L’état visuel de l’habitacle reflète souvent la manière dont le véhicule a été traité.

Et maintenant, passons à l’essai routier

Il est indispensable d’essayer un véhicule avant de l’acheter. Avec un professionnel, cela ne posera aucun problème. Il vous le proposera d’ailleurs lui-même. Mais s’il s’agit d’un particulier qui invoque la peur de se faire voler son véhicule parce qu’il ne vous connait pas (il n’a qu’à monter avec vous pour l’essai), ou des questions d’assurance, interrogez-vous rapidement sur ce que ce vendeur a à cacher. Puis sans hésitation, oubliez ce véhicule. Vous en trouverez un autre.

Puis démarrez le véhicule. Au ralenti, le régime moteur doit être stable. L’échappement ne doit produire aucun son métallique anormal.

La direction, qu’elle soit assistée ou non, ne doit avoir ni point dur, ni jeu. La tenue de route ne doit révéler ni dérive à gauche, ni à droite.

Côté boîte de vitesse, les passages des rapports doivent être fluides et sans craquements.

Roues braquées, la transmission ne doit faire entendre aucun claquement.

Lorsque vous freinez, il ne doit pas y avoir de vibrations dans la direction (sinon, les disques sont peut être voilés), et le véhicule doit rester bien en ligne droite (tenue de cap). Après vous être assuré que personne ne vous suit, vérifier le fonctionnement de l’ABS.

Enfin, assurez-vous, à l’intérieur comme à l’extérieur du véhicule, qu’il n’y a pas d’odeur anormale ni de fumée.

Regardez la couleur des fumées d’échappement. Bleue traduit l’usure d’un moteur qui consomme trop d’huile. Blanche indique la présence de vapeur d’eau dans le moteur et permet de supposer que le joint de culasse est fatigué. Noire c’est moins grave : le moteur est simplement mal réglé ou encrassé. Mais dans ce cas, on peut se poser des questions sur la qualité de l’entretien.

Puisqu’au début nous vous disions d’emmener le vendeur avec vous, une fois tous ces essais effectués, passez lui le volant. Vous pourrez ainsi le voir à l’œuvre avec votre (éventuel) futur véhicule, et en profiter pour simplement écouter le fonctionnement de l’engin, vitre ouvertes et fermées.

essai-vehicule.jpg

Astuce : faites appel à un expert Autotribu

Après un examen et un essai poussé du véhicule, ce professionnel vous remettra un rapport d’expertise complet. Vous effectuerez ainsi une transaction en toute confiance. Et en cas de vice-caché détectés ensuite, nous vous accompagnerons gratuitement pour tenter de résoudre à l’amiable le litige.

Pour rester connecté avec Autotribu